Affichage des résultats 1 à 2 sur 2

Discussion: Interview de Zahra Boudkour

  1. #1
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut Interview de Zahra Boudkour

    mercredi 2 septembre 2009

    L’interview :

    Comment s’est déroulée votre détention ?

    Ma détention est arrivée après un processus de batailles que le mouvement estudiantins a entrepris sous la direction de la Voie Démocratique Basiste à Marrakech, avec comme plateforme de la gratuité de l’éducation, et sous le slogan de « gratuité ou martyr ».

    Notre détention n’est pas la première et ne sera pas la dernière puisque le régime en place au Maroc, et ses seigneurs les impérialistes, attaquent les masses populaire par des plans de classe comme la Charte nationale pour l’éducation et de formation, la modawana de la famille…

    Le 14 Mai on avait un rendez-vous pour un dialogue avec la présidence de l’université ; en relation avec un dossier de revendications formulé par les masses estudiantines, avec à la tête de ces exigences le retour des expulsés, mais le régime en place, comme d’habitude et conformément à sa nature, a donné comme réponse la répression et la détention.

    La réaction a consisté en une intervention sauvage : lacrymogènes, balles en caoutchouc, des bulldozers, des cocktails Molotov… Les étudiants ont été tabassés, les étudiantes violées, leurs propriétés volées, la cité universitaire détruite et brulée, le militant Abdelkbir Lbahi a été jeté du 4éme étage…..

    Notre détention avait pour but d’enterrer la voie combattante à l’université, pour faciliter le passage des articles du plan de classe et c’est ce que le régime en place au Maroc n’a pas pu atteindre ; ni la détention ni le martyr peuvent arrêter l’avance de la victoire.

    Est-ce que la torture t’a affaibli ?

    En tant que militante marxiste léniniste maoïste, adoptant la ligne des masses, ma détention est venue comme résultat des conditions objectives ; la plus marquante d’entre elles est l’augmentation des luttes des masses estudiantine dans le cadre de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc, sous la direction de la fraction révolutionnaire la Voie Démocratique Basiste.

    La torture a été pour moi normale, puisque notre conscience est totale comme quoi le chemin de la lutte est difficile et nous sommes prêts à aller en avant jusqu’à hisser l’étendard de la libération.

    Comment avez-vous résisté ?

    Le traitement a été très dur, et j’ai souffert moi et mes camarades au commissariat Jamaa Lafna, mais cela ne dépasse pas la douleur physique, puisque notre adoption d’un ensemble de principes nous a donné une confiance totale, et avec la capacité de supporter et notre conscience totale que le chemin de la lutte est accompagné toujours d’un prixt, la torture est plus légère.

    Peux-tu nous raconter l’expérience de la détention ?

    C’est une expérience très riche, mais plus facile, très différente de toutes les expériences par lesquelles je suis passé, c’est la face cachée de la souffrance des femmes dans cette patrie, des femmes qui n’ont pas choisi leurs destin qui a été une expression des conditions objectives, des femmes mécontentes de ce régime duquel elles n’ont vus que l’enfer.

    Comment voyez-vous la manœuvre du régime de retarder le procès ?

    Les méthodes réactionnaires du régime en place au Maroc, même si elle diffère, ont un seul but, sa manœuvre vise à semer le désespoir, et à jouer sur le facteur moral des militants et leurs familles, en oubliant que ce qui nous pousse ne sont pas les sentiments mais le développement des contradictions de la réalité de la lutte de classe au Maroc.

    Quelles sont les spécificités de l’expérience de la femme ?

    La marginalisation dont que subit la cause de la femme est relativement mis de côté avec le développement de la lutte de classe, la participation de la femme au cours de ce conflit et sa défense d’un certain nombre de causes ne l’a pas exemptées de l’oppression du régime réactionnaire.

    L’expérience de la détention pour la femme, je ne crois pas qu’elle diffère de l’ensemble des conditions qui affectent les combattants de la liberté en général, c’est une traduction de la double oppression imposée sur elle par la société.

    Comment voyer vous le mouvement des familles ?

    Le mouvement des familles s’est formé du fait de la foi de nos familles dans notre innocence par rapport aux accusations fabriquées, et que nous sommes des militants.

    Un certain nombre de ses membre ont été des militants (es) au sein de l’Union Nationale des Etudiants du Maroc à l’université et militent actuellement au sein des masses populaires.

    Nos familles ont entrepris un ensemble de formes de luttes qui ont été crédité dans le fait de faire connaitre notre cause, tant sur le plan national qu’international, de faire face aux campagnes de répression féroce du régime en place au Maroc.

    La mère du camarade ALAE EDDERBALI s’est cassée la jambe et en souffre jusqu’à maintenant ; le militant TAOUFIK CHOUINI est détenu en tant que membre de nos familles et passe 8 mois en prison (l’interview a été fait avant que le camarade Toufik ne soit libéré), mes sœurs ont été tabassées également au commissariat.

    Le mouvement des familles a donné une grande dynamique à la constitution des comité de soutien et de solidarité à travers la patrie, et a contribué à la constitution des mouvement de familles des détenus politiques à Fès par exemple.

    Est-ce que tu es un cas exceptionnel ou les femmes peuvent résister comme toi ?

    Ma détention n’est pas un choix, mais a été imposé par la réalité du conflit au sein de l’université. C’est une affaire de principe et tous ceux qui adoptent le marxisme léninisme maoïsme n’hésiteraient pas à donner plus de sacrifices pour la souffrance dans ce pays blessé.

    Tu as insisté sur ton identité communiste, est-ce que la contribution des femmes est indispensable ou complémentaire ?

    Du fait de considérer la cause de la femme comme une cause de classe, la contribution de la femme n’est nullement complémentaire, mais principale, puisque les conditions d’oppression imposées par les classes exploiteuses nécessitent l’obligation de la participation de la femme dans le conflit idéologique et politique visant la libération de la société, société qui ne sera libérée que par la libération de la femme, ce qui impose son intégration dans la lutte dans toutes les questions, et son adoption d’une ligne politique juste pour lui permettre de lutter contre les tendances patriarcales et la marginalisation politique dont elle souffre.

    Source : site "La voie de la Révolution"

    http://voieliberte.olympe-network.co...cle146&lang=fr
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  2. #2
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut

    Zahra : tu es un exemple de bravoure et de sacrifice! Tu défends tes principes avec abnégation, bravant la souffrance et la mort! Ton combat restera immortel à travers l'Histoire!
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

Discussions similaires

  1. Hourrah! Zahra est sortie de la prison de Benguerir!
    Par Jalal dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 2
    Dernier message: 21/05/2010, 11h53
  2. Interview de Khaled Lemmouchia
    Par kredence dans le forum Tout le Sport
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/10/2009, 20h43
  3. Interview de Mourad Meghni
    Par kredence dans le forum Tout le Sport
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/10/2009, 20h42
  4. Interview de Hassan Yebda
    Par kredence dans le forum Tout le Sport
    Réponses: 0
    Dernier message: 09/10/2009, 20h41

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •