Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: à notre ami jalal "Angoisses sahariennes"

  1. #1
    Membre F.A.M. Avatar de miange-midemon
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Localisation
    dans les contes
    Messages
    2 071

    Par défaut à notre ami jalal "Angoisses sahariennes"

    voila étant l'une de tes première fan, je voulais reprendre l'histoire "Angoisses sahariennes" depuis le début pour que les autres puissent la découvrir mais aussi pour laisser la magie de l'histoire prendre dans la continuité.

    bonne lecture

    Angoisses sahariennes de jalal

    Aziz est pensif : les contraintes de tous les jours, ses pensées engourdies, ses angoisses envahissantes, un monde sombre, la nuit, le jour, se changer pour changer de vie, le chaud, le froid, le Sahara, son cerveau qui refuse de bouger, un petit malaise du dos, cette mal vie saharienne, sa solitude dans un univers fou, au milieu d'une contrée lointaine, isolée, pesante...

    Tout cela inquiète profondément son être tourmenté.

    Une voix intérieure lui chuchote :

    Tu ne sais pas t'exprimer, ou bien as-tu peur de te révéler à toi-même tel que tu es?
    Ta maturité ou est-elle?

    L'écrivain en herbe est déjà las. Il s'allonge,
    les os douloureux. Ses nuits sans sommeil, comment les meubler?

    L'Intifada, l'Afghanistan, les attaques du 11 Septembre sont-elles annonciatrices d'un monde moins injuste, mais aussi de l'apparition des non humains?

    Le bonheur pour tous est-il devenu une nécessité universelle et impérieuse?

    Ses enfants bruyants, sa femme acariâtre
    Assombrissent-ils ses réflexions?

    Aziz sort et se dirige vers l’étendue infinie du désert située devant sa demeure;

    Il s’arrête médusé devant l’ampleur désertique et le silence magique du paysage;

    Il fait nuit ; L’heure est avancée.

    Il réfléchit : mon Dieu, je suis tout seul ! Mes enfants sont encore petits…

    Ce pays où va-t-il ?...

    « Où va l’Algérie ? » comme avait intitulé Boudiaf un de ses livres !

    Face à ses yeux, il distingue nettement : (hallucinations ou réalité ?) des engins descendant du ciel dans cette nuit noire …

    A ce moment là, survient son benjamin de fils:

    - Tu regardes quoi, papa?

    - Des soucoupes volantes, mon bonhomme !

    - Où ça ?...Mais il n’ y a rien père, tu rêves ma parole !…

    Aziz laisse se promener son imagination : un personnage bizarre débarque de la machine et s’approche de notre homme :

    - Paix à toi terrien !

    Aziz balbutie :

    - Euh … Oui ! Oui ! Oui! Paix à toi et à nous tous !... Qui es tu ?...

    - Je suis ton deuxième moi, ta mauvaise conscience ! (répond l’étrange créature)

    - Anouar ! Viens voir notre visiteur de marque !

    - Mais, père tu rêves ou quoi ?! Tu es tout seul !

    - O ! Non ! Mon fils ! Je ne suis pas seul ... Il marmonne : « On n’est jamais seul… non, non, on n’est jamais seul … »

    Aziz gémit longtemps sous les yeux étonnés d’Anouar : « Non, non, on n’est jamais seul ! »

    L’enfant réfléchit : « Ce n’est pas possible : mon père est habité par les Djinns ? »

    Soudain, un vrombissement assourdissant surgit au dessus de la tête du gamin; Ses yeux hagards découvrent: un engin immense et immobile dans le ciel, prêt à le happer !

    Il se jette à plat ventre et révise sa sentence de tout à l’heure :

    « Mon Dieu ! C’est moi qui suis habité par les Djinns ! »

    Une voix impériale éclate dans le ciel :

    « Jeune homme appelle ton père ! Nous venons apporter la paix et le bonheur à la Terre! »

    Anouar détale comme un lièvre en criant :

    « oui ! oui ! Monsieur ! »

    Il faillit arracher dans son passage la porte d’entrée en s’engouffrant dans la maison:

    « Papa ! Papa ! Nous sommes foutus ! L’étrange créature est revenue ! » Annonce t’il

    L’étrange forme humaine hurle du haut de son engin :

    - C’est Zohar qui vous parle ! N’ayez crainte ! »

    Les habitants du quartier éberlués, se précipitent à l’extérieur, tremblant de frayeur :

    - Une malédiction s’est abattue sur notre quartier ! Quel est cet avion bizarre et ce personnage hautain ?!

    Enfin Aziz, se présente, mort de peur, la tête entre les épaules.
    Il marmonne :

    - Je suis la cause de cette catastrophe ! Mon conte philosophique devient réalité ! Gare à moi !

    Surprise : un grand nombre de dromadaires sont là, assistant au spectacle !

    L’ovni atterrit, Zohar apparaît :

    - J’ai entendu la voix du désert, l’appel du Sahara et la complainte de votre pays !
    Je viens vous aider à résoudre vos malheurs !

    La foule proteste avec force :

    - Tu ne nous fais pas peur ! Nous ne voulons pas de ton secours ! Vas-t’en !

    L’assistance se tourne vers Aziz :

    - Cet individu est satanique ! Chassons-le de notre cité !

    A l’étonnement général : les dromadaires se ruent en direction de la foule, qui recule effarée, et, se mettent en arc autour de Aziz !

    La cohue est glacée de stupeur, un silence absolu s’installe. A cet instant, une voix lointaine retentit dans ce calme de cimetière, c’est la voix du désert. (L'appel tonne dans le ciel)

    L’attroupement, dans un retournement stupéfiant, déclare : Gloire au désert !

    Vive Zohar !

    Vive Aziz !

    L’attroupement, dans un retournement stupéfiant, déclare : Gloire au désert ! Vive Zoar !
    Vive Aziz !
    Nous appelons à l’appui total de votre noble entreprise, à la population et aux autorités !
    Zohar riposte violemment :
    - Quelles autorités ? Votre pays est en décadence ! Le néocolonialisme revient en force en Algérie et au Maghreb!
    L’Etat algérien collabore avec le sionisme génocidaire du peuple palestinien ! Et vous, vous applaudissez et vous votez pour ces autorités !
    La foule répond en chœur :
    - Non ! Non ! Nous ne sommes pas les seuls fauteurs !
    Car le peuple algérien tout entier est un collaborateur de la dictature, et,
    par conséquent du sionisme et du néocolonialisme américain !
    Aziz prend la parole :
    - Tout cela est mensonge ! Un amalgame monstrueux !
    Le peuple algérien est au contraire : victime de la dictature, plus de deux cent mille algériens innocents ont été assassinés par le terrorisme du régime algérien, les partis et les associations opprimés et mis au pas, la corruption à grande échelle est utilisée également pour noyauter les éléments conscients et honnêtes partout en Algérie !
    Tout cela par un cabinet noir, une poignée de rejetons d’origine non-patriotique !
    La voix de Zohar gronde avec colère :
    Comment cela ? Une honte ! Tout un peuple se laisse berner par une bande de spoliateurs sans réagir ? Déshonneur ! Déshonneur !
    Où est l’Islam du peuple ? Où est son patriotisme et son anticolonialisme ? Où est sa dignité ?
    Cette minorité au pouvoir se moque de lui et l’appellent : « Ghachi » (populace) !!!
    Aziz réagit :
    - Oui ! Oui ! « Ghachi » est bien le mot qui convient, car le peuple continue à voter et à applaudir
    les dires et les discours en toutes occasions de ces irresponsables, qui se sont imposés
    en tuteurs de la population, et, en autorités illégitimes et incompétentes !
    Je vois dans mon imagination ces populaces opprimées et affamées se ruer sur cette « Bastille » algéroise, appuyées par l’Armée de Zohar !!!...
    La populace hurle :
    - Non ! Non ! Nous ne pouvons rien contre l’Armée de l’Etat ! L’Islam est pacifique, il ne nous incite pas à réagir en masse contre les autorités de notre pays ! Il nous recommande la sagesse, la patience et l’endurance !
    Aziz s’adressant à Zohar avec colère :
    - Tu vois bien que c’est bel et bien un « ghachi », pas un peuple combattant ! Cette populace oublie que la Choura (la démocratie) est conseillée par l’Islam ! C’est un peuple qui manque de culture politique traditionnelle et (ou) moderne ! Alors, faut-il lui inculquer de force la version marxiste-maoïste de la prise du pouvoir par le peuple en armes ?!... Qu’il comprendra plus facilement ?!
    Du milieu de l’assistance un individu crie à l’intention d’Aziz :
    -Votre méchante version maoïste a été appliquée à compter du 1er Novembre 1954 et a aboutit au pouvoir du parti unique et nous a mené à notre situation actuelle !

    La réplique de l’intervenant qui prétend que la version marxiste-maoïste est méchante surprend Aziz, et, le plonge dans une profonde réflexion ;
    Dans son fort intérieur, il se dit : « Quoi ? L’Occident avec toutes ses révolutions, et, avancées n’a pu améliorer d’un iota le sort matériel et moral des peuples du tiers monde.
    Seules quelques personnalités historiques du troisième monde ont pu procurer un petit peu de dignité et une lueur d’espoir à ces peuples humiliés parmi eux : Mao, Gandhi, Nasser !…
    Cet énergumène répète les analyses intéressées des autres !
    Quant même cette « méchante » version a pu nous permettre de bouter dehors le colonialisme ;
    Pour ce qui est du « parti unique » toujours présent, c’est une affaire de culture politique interne à nous ! Car depuis le déclenchement du 1er Novembre 1954, les liquidations physiques des grands penseurs de la révolution n’a jamais cessé ;
    Ces assassinats se sont poursuivies après l’indépendance, elles font partie de la stratégie de
    domination perpétuelle des forces mafieuses algériennes d’inertie et de régression !
    La résolution par la violence des grands et petits différents a fait partie de la culture tribaliste des peuples arabes et musulmans.
    Le consentement et l’endurance excessifs sont une des caractéristiques de la culture populaire musulmane, inculquée aux sujets des sultans et rois par les savants religieux sous les ordres des pouvoirs régnants dans le Dar el islam.
    Cette directive sacralisée comme faisant partie des obligations divines a pu s’imposer dans la mentalité populaire, et, a tué toute volonté de contestation contre les pouvoirs tyranniques !!
    D’où l’obligation pour ces peuples musulmans, s’ils veulent sortir de cette impasse de sous-développement et d’oppression dictatoriale humiliante, à recourir à une doctrine franchement marxiste et maoïste!! »
    Oh ! C’est admirable cette réflexion presque savante de la part de Aziz ! S’il l’avait exprimée
    devant la populace présente, elle l’aurait sûrement approuvé !!
    Mais il se dit : « J’ai oublié quelque chose : La déclaration universelle des droits de l’homme !
    A-t’elle servi à aider ces peuples anciennement colonisés ?
    Oui, dans la mesure où elle a été parmi les arguments en faveur des droits des peuples à la liberté et à l’indépendance ; Seulement, sa contribution n’a pas été décisive ;
    Seules les luttes politiques appuyées par la lutte armée ont pu libérer ces peuples de la présence militaire du colonialisme ;
    Toutefois, ce dernier est revenu, et, domine de nouveau ces peuples sous une forme politique et économique.
    La déclaration universelle des droits de l’homme n’est pas respectée.
    Elle montre son inefficacité et son insuffisance envers ces peuples !
    Par exemple, un pluralisme démocratique formel et vide est appliqué en Algérie.
    Le « Monde libre » en est satisfait, et, continue à aider la présence de la dictature dans mon pays !! »
    Aziz est profondément consterné quand il lit ces lignes dans un journal algérien :
    « Un demi-siècle après l'Algérie se cherche toujours, la France n'est plus là pour être accusée de tous les maux. La corruption, l'abus de pouvoir, les détournements, les règlements de comptes, la patate à plus de 100 DA/kg,...de tout cela les algériens en ont marre.
    Cette situation d'une grande désolation, a jeté le discrédit sur les institutions de l’Etat algérien ;
    Des êtres sans scrupules ont profité et profitent toujours de la situation qu’ils ont crée, en se remplissant les poches ; l’économie de la guerre leur a permis de multiplier leurs fortunes mais surtout de blanchir une masse d’argent colossale, que les uns et les autres ont réinvesti dans la reprise de sociétés et entreprises nationales coulées puis rachetées au dinar symbolique !
    Les rares cadres qui se sont dressés pour éviter la catastrophe se sont retrouvés en prison.
    Le pillage à grande échelle d’un peuple profondément meurtri a jeté le peuple algérien dans les abîmes de la pauvreté, la famine et la dépendance.
    La société algérienne a vu apparaître ces dernières années des maux extrêmement graves : de la prostitution infantile pour un bout de pain, aux réseaux des dealers de drogue qui sont protégés d’en haut pour aider la jeunesse algérienne à oublier qu’elle a des droits sur ses dirigeants.
    Le peuple algérien a le droit de connaître la vérité, il a aussi le droit de savoir que les vrais responsables de la faillite de l’Algérie sont ceux qui ont assassiné le président Mohamed Boudiaf, Kasdi Merbah, Saidi Fodil, Ali Boutiguene, Redouane Sari, Pr. Boucebsi, Tahar Djaout,.... et le peuple Algérien !!»

    Aziz, le pauvre Aziz est submergé, étouffé, encerclé par ses malheurs… un autre plus gros lui tombe dessus comme une bombe et l’anéantit : sa grave mésentente avec son épouse, un effondrement catastrophique pour son moral déjà vacillant ! Ses quatre enfants sont effarés.

    Une vie conjugale de vingt quatre années engloutie!

    Cette mauvaise nouvelle se répand comme une traînée de poudre dans toute la région !

    Un événement funeste ! Il provoque, chose étrange, une agitation monstre dans l’ensemble de la contrée : les villages environnants bouillonnent, leurs habitants, des tribus sahariennes, se rassemblent et décident, musique en tête, de marcher vers la petite ville où réside Aziz.

    Les animaux entrent en scène : dromadaires, oiseaux, reptiles se remuent bizarrement, une multitude de cris et gémissements, de ces bêtes du désert, sont entendus à plusieurs kilomètres à la ronde. La faune hurle sa détresse dans le ciel sombre du Hoggar.

    Aziz est le premier à être terrorisé et étonné ; Il vocifère :

    - Mon problème conjugal ne concerne que mon épouse et moi ! Que me veulent-ils ses gens là ?

    Qui suis-je ?! Un simple bonhomme !!

    Pourquoi ces manifestations, ces bruits, ces groupements ? Veulent-ils me faire perdre la raison ou quoi ?!

    Toute la contrée est en ébullition, les rues de la ville sont noires de monde, la foule hurle à tue tête :

    - Réconciliation ! Réconciliation ! Paix au foyer ! Paix au foyer ! Paix à l’Algérie !

    Les tribus défilent devant la maison de Aziz, en jouant leur musique traditionnelle, chaque chef de tribu présente ses vœux de réconciliation à Aziz, qui figé de surprise, répond par des signes de la main.

    Après un moment, il ressaisit ses esprits et prend la parole :

    - Mes amis ! Votre visite en masse me fait du bien et m’honore au plus haut point !

    Votre aide m’est précieuse ! A vous tous, présents ici, je vous remercie du fond du cœur !

    Mais permettez-moi, mes amis, de vous poser cette question : pourquoi ce soulèvement général pour moi ? Je ne suis qu’un modeste habitant de cette petite ville saharienne?

    Les réponses fusent en chœur de la bouche de centaine de personnes présentes :

    - Nous avons répondu à l’appel du désert ! (1) Tu as transmis la voix du Sahara jusqu’à nous et au monde entier !

    Nous resterons à tes cotés jusqu’à la réconciliation avec ton épouse !

    Ses quatre enfants, émus par le spectacle, éclatent en sanglots.

    Tout finit par des you you stridents et prolongés, des accolades collectives et des adieux attendrissants !

    -(Le désert s'en mêle)-

    Une voix retentit dans le ciel bleu du Hoggar, la foule dresse l’oreille
    et attend avec angoisse ;

    C’est le désert qui proclame sa tristesse par les mots suivants :

    « O ! Moi ! Le désert ! Je pleure le sort fait à mon porte-voix !

    Son foyer est disloqué par un funeste divorce imposé par son ex-femme !

    Et ce : après vingt quatre années de vie heureuse avec ses enfants, il les a élevés comme il a pu !

    O ! Toi ! Monde indifférent ! Devenu sans cœur et sans conscience :

    Tu assistes au spectacle malheureux d’une famille éparpillée sans réagir !
    C’est le foyer de Aziz : cette homme est ma Voix !

    Son poème : « la voix du désert », c’était moi, qui lançait mon appel pathétique à la Terre !

    Aziz se dirige vers la superstition, peut être aussi vers la folie et le désespoir.

    O ! Humanité sans cœur ! Je suis son seul soutien ! Moi, le désert !

    Aziz me rend visite tout les jours, sur mes vastes étendues désertiques, il rencontre mon silence paisible et ma présence réconfortante.

    Sans pouvoir lui parler directement, je lui fais entendre des voix lointaines :

    - « Aziz, je suis avec toi, ma faune et ma flore honorent ta vie passée et tes réalisations, tes sacrifices et peines pour rendre heureux tes enfants et ton foyer !

    - Ne regrette rien ! Sois satisfait de toi-même !

    - De nouveaux succès t’attendent sur ton parcours futur !

    - Tu auras de nouveaux amis qui, après avoir lu cet appel, te soutiendront ! »

    Auteur : Jalal
    connaitre les autres, c'est sagesse. Se connaitre soi-même c'est sagesse supérieur. Imposer sa supériorité aux autres, c'est force.se l'imposer à soi-même c'est force supérieur.

    LAO-Tseu

  2. #2
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut A Miange

    Miange, je suis vraiment touché par cette considération généreuse de ta part à l'égard de mes modestes écrits à moi même, je t'en remercie de tout cœur!
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    Malak, tu montres encore une fois que tu es une vraie Lady
    moi aussi j'ai été touchée par tant de classe
    tu as eu une tres bonne idée, lady!

    Jalal, ça mérite une suite dédicacée rien que pour elle, non?
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  4. #4
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut Oui, pourquoi pas...

    Citation Envoyé par au_gré_du_vent Voir le message
    Malak, tu montres encore une fois que tu es une vraie Lady
    moi aussi j'ai été touchée par tant de classe
    tu as eu une tres bonne idée, lady!

    Jalal, ça mérite une suite dédicacée rien que pour elle, non?
    Salut Gré! Je suis flatté par ta considération remarquable envers moi, encore une fois, je t'en remercie infiniment!

    Oui, pourquoi pas... Miange mérite amplement une dédicace, toutefois, je dois chercher dans mes écrits (archives), un texte honorable, bien fait...
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  5. #5
    Membre F.A.M. Avatar de miange-midemon
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Localisation
    dans les contes
    Messages
    2 071

    Par défaut

    Citation Envoyé par Jalal Voir le message
    Miange, je suis vraiment touché par cette considération généreuse de ta part à l'égard de mes modestes écrits à moi même, je t'en remercie de tout cœur!
    Citation Envoyé par au_gré_du_vent Voir le message
    Malak, tu montres encore une fois que tu es une vraie Lady
    moi aussi j'ai été touchée par tant de classe
    tu as eu une tres bonne idée, lady!

    Jalal, ça mérite une suite dédicacée rien que pour elle, non?
    merci à vous deux ca me touche

    jalal c'est du gachi wallah tu devrais commencer à penser à publier tes écrits, ainsi tu auras vraiment entamé le combat.
    connaitre les autres, c'est sagesse. Se connaitre soi-même c'est sagesse supérieur. Imposer sa supériorité aux autres, c'est force.se l'imposer à soi-même c'est force supérieur.

    LAO-Tseu

  6. #6
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut Miange, Gré, vous m'honorez...

    Miange, Gré, vous m'honorez par vos encouragements et appréciations... Mais, je suis anéanti par tant de difficultés et aussi de mauvaise surprises qui s'acharnent sur mon chemin, des choses saugrenues et effarantes là où je travaille depuis 26 années... à trois mois de ma retraite de 60 ans!!!
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  7. #7
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    on apprend à tout age Jalal
    tiens le coup et ne te laisse pas faire!
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  8. #8
    Membre F.A.M. Avatar de miange-midemon
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Localisation
    dans les contes
    Messages
    2 071

    Par défaut

    jalal gré a raison faut te battre il te reste 3 mois c'est rien à coté de ce que tu as pu traverser au par avant
    dis toi que c'est la fin d'un long combat avant de commencer un autre au quel tu tiens et qui embellira l'histoire de cette odyssée qui est ta vie.
    connaitre les autres, c'est sagesse. Se connaitre soi-même c'est sagesse supérieur. Imposer sa supériorité aux autres, c'est force.se l'imposer à soi-même c'est force supérieur.

    LAO-Tseu

Discussions similaires

  1. Angoisses sahariennes (suite) 8
    Par Jalal dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 4
    Dernier message: 02/06/2010, 00h03
  2. Angoisses sahariennes (4)
    Par Jalal dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 5
    Dernier message: 03/03/2010, 19h16
  3. Angoisses sahariennes (3)
    Par Jalal dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 5
    Dernier message: 26/02/2010, 22h01
  4. Angoisses sahariennes (2)
    Par Jalal dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 4
    Dernier message: 20/02/2010, 00h40
  5. Angoisses sahariennes
    Par Jalal dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 3
    Dernier message: 19/02/2010, 23h58

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •