La Libye et l'aide humanitaire à Gaza
Rim al-Khatib

Lundi 16 août 2010

Le geste de la Libye consistant à envoyer un convoi d’aide humanitaire à la bande de Gaza, pour briser le blocus, suscite de nombreuses questions au sein des Palestiniens. Il semble que ce geste ne soit pas aussi innocent que la Libye semble vouloir le faire croire. Au-delà de la bonne foi de la population libyenne qui s’est mobilisée pour soutenir ses frères soumis au blocus, le régime semble avoir profité du blocus et de la notoriété de la Flotille de la liberté pour engager des négociations avec les sionistes. En effet, il y a plusieurs jours, nous apprenons que le régime libyen a relâché un espion sioniste du Mossad qui avait été arrêté en Libye en contrepartie de la permission de faire rentrer les aides humanitaires dans Gaza assiégé. L’écrivain Fayez Abu Shamaleh qui écrit une chronique quotidienne pour un journal palestinien a écrit ce dimanche : « il est devenu clair pour toute personne sachant réfléchir que le navire arabe est venu pour voler la flamme de la dignité que la Flotille de Marmara a semé dans les cœurs des musulmans. Toute personne pouvant réfléchir peut comprendre que le pas libyen a pour fonction de justifier l’impuissance arabe officielle, vidant ses marchandises dans le port de Arish, renforçant du coup le point de vue israélien disant : « Israël n’attaque que les navires qui portent des terroristes, mais accueille favorablement tout navire qui apporte une aide humanitaire à Gaza… ». Aujourd’hui, il est clair pour tout le monde que le navire libyen al-Amal est venu pour contracter une transaction douteuse entre Israël et la Libye, transaction sous couvert d’humanisme en faisant don à l’UNRWA de 50 millions de dollars pour construire des maisons palestiniennes, en contrepartie de la libération d’un espion arrêté en Libye il y a cinq mois… Comment croire que l’accusation portée contre l’espion israélien « Rafaël Haddad » soit juste parce qu’il a photographié des sites juifs en Libye, et que cette simple accusation a nécessité l’accueil chaleureux de l’espion par Avigdor Lieberman en Europe. S’il ne s’agissait que de photos, est-ce que Israël se serait tu dans les instances internationales lors de son arrestation ?

…. L’auteur termine : « le blocus de Gaza est une question palestinienne, c’est une question absolument politique, et non pas une question d’aide humanitaire. Quiconque souhaite normaliser ses relations avec les Israéliens, qu’il s’éloigne de la Palestine et qu’il ne frappe pas aux portes de Gaza. Laissez la Palestine à son peuple, à ses masses arabes, à sa profondeur islamique, et n’essuyez pas la graisse de vos intérêts et de vos souhaits sur le vêtement palestinien ».

Source : Rim al-Khatib

http://www.palestine-solidarite.org/...tib.160810.htm