Alors que 15 d’entre eux ont été abattus depuis le début de ce Ramadhan
88 terroristes dont 13 “émirs” éliminés en 8 mois


Les services de sécurité maintiennent une forte pression sur les groupes armés islamistes. Pas moins de 15 terroristes ont été abattus depuis le début de ce Ramadhan dans les wilayas de Boumerdès et Tizi Ouzou, alors que 5 autres se sont rendus aux services de sécurité dans la même période. Parmi les terroristes abattus et repentis, figurent des vétérans et des chefs terroristes du GSPC qui vient de perdre la majorité des éléments constituant son noyau dur. Plusieurs phalanges ont été anéanties dont katibat El-Arkam, El-Farouk, El-Ansar et Mouhajiroune.

Le dispositif sécuritaire, mis en place par l’état-major de l’ANP, a apporté ses fruits malgré les tentatives avortées du GSPC de perpétrer des attentats dans la capitale. Non seulement aucun incident n’a été enregistré à Alger mais aussi l’organisation de Droukdel a enregistré des pertes considérables dans ses rangs. L’opération militaire Ennasr supervisée, personnellement, par le chef d’état-major de l’ANP, Ahmed Gaïd Salah, a enregistré des “victoires” selon des observateurs de la scène sécuritaire. L’armée est passée de la défensive à l’offensive, les opérations militaires ont touché “le noyau dur” de l’organisation terroriste, et ce, grâce à la maîtrise du contrôle des mouvements des chefs terroristes, suite aux renseignements précis et, aussi, grâce à l’efficacité de l’infiltration dans leurs rangs.

Les opérations militaires au niveau des maquis se poursuivent toujours, et ont même été accélérées au cours de ces dernières semaines, suite aux instructions du chef d’état-major. Le but est de “maintenir la pression sur les groupuscules du GSPC qui demeurent encore en activité, et qui tentent de se redéployer”, nous précise un responsable militaire. Près de 88 terroristes ont été abattus dans des opérations militaires depuis le début de l’année, dans les wilayas de Tizi Ouzou, Boumerdès, Béjaïa et M’sila, Djelfa, Jijel, Bouira, Skikda, Tébessa.

L’année 2010 a été marquée par des victoires incontestables sur le terrain. L’ANP a réussi à mettre hors d’état de nuire pas moins de 13 “émirs” terroristes depuis le début du mois de janvier de l’année en cours. Ces terroristes, dont des vétérans, ont été abattus dans des embuscades tendues par les forces spéciales de l’ANP comme c’était le cas à Tadmaït dans la wilaya de Tizi Ouzou où 4 terroristes ont été abattus, dont l’“émir” de la commission militaire et un autre “émir” d’une phalange, et ce, après 17 ans d’activité au sein du maquis. Les services de sécurité ont également réussi à neutraliser la cellule du Sahel à M’sila, laquelle était composée de 10 terroristes, dont des étrangers, et la saisie d’un important lot d’armes destiné au maquis du Centre.

Les forces spéciales de l’ANP ont réussi, aussi, à déjouer plusieurs attentats kamikazes, notamment à Béjaïa et Batna. À ces opérations, il faut ajouter le démantèlement de plus d’une trentaine de réseaux de soutien durant la même période, notamment dans la capitale où des membres de cellules de recrutement ont été arrêtés.Un responsable militaire nous a affirmé que le terrorisme connaît un net recul, de même que les réseaux de soutien en raison du fait de la prise de conscience, même tardive, des citoyens qui sont devenus plus conscients des intentions de ces criminels, précisément en Kabylie où les habitants se sont mobilisés contre les enlèvements des leurs.

Par Neïla B. - Liberté