Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: Être riche en Algérie

  1. #1
    Admin Forum Avatar de Toufik
    Date d'inscription
    janvier 2005
    Localisation
    Shenzhen, China
    Âge
    33
    Messages
    1 700

    Par défaut Être riche en Algérie



    Depuis quelques années, le développement économique et la disparition du terrorisme islamiste aidant, on voit une émerger une coterie de gens aisés qui n'éprouvent aucune gêne à afficher leur richesse.

    Après trois décennies de « socialisme scientifique » au cours desquelles la notion de propriété privée était hautement suspecte, et une décennie noire marquée par un ajustement structurel et une violence islamiste meurtrière et destructrice, l’Algérie a vécu ces dix dernières années un développement économique sans précédent : 300 milliards de dollars investis (environ 235 milliards d’euros).

    L’explosion des importations (près de 40 milliards de dollars par an), couplée à la levée du monopole d’État sur le commerce extérieur, a eu pour conséquence l’apparition d’une nouvelle caste de riches. Si les capitaines d’industrie ne se comptent que sur les doigts d’une main, le nombre de barons de « l’import-import » est évalué à plusieurs centaines.


    Être riche en Algérie signifie que l’on est millionnaire en euros. Comment vivent-ils ? « Très bien, merci, plaisante Issam, 23 ans, fils d’un gros importateur de pneumatiques. Mais nous vivons dans un pays qui n’est pas doté d’infrastructures pour cette catégorie de population. » Son père est un passionné de traversées maritimes. Sa surface financière lui a permis d’acquérir le yacht de ses rêves (2 millions d’euros), mais le seul port de plaisance que compte le pays est déjà saturé. Il a fini par le « domicilier » dans un port de la Côte d’Azur, en France.
    « Quand il a quelques jours de repos, il loue un jet, se rend à Nice et sort en mer », raconte Issam. Si ce dernier a lui aussi le pied marin, il se contente de passer ses jours dédiés à la Grande Bleue au Sheraton Club des Pins, à l’ouest d’Alger : c’est-à-dire sur « la plage à côté » de la résidence d’État éponyme où habitent ministres et hauts fonctionnaires. Car celle-ci est passée de mode pour les riches Algériens, qui préfèrent ne pas se frotter à la nomenklatura.

    Mais pas question de côtoyer pour autant la plèbe qui prend d’assaut les sites balnéaires de l’Algérois. La démocratisation du tourisme a rendu accessible aux cadres moyens les grands complexes du littoral, l’État-employeur subventionnant en partie les prix de location des bungalows. L’avantage du Sheraton est qu’il y a une sélection par les prix : une journée de farniente dans ce palace coûte quelque 200 euros par personne avec buffet à volonté, piscine et jeux aquatiques, et bien sûr le sable fin et blond de sa plage. Le prix que paie un couple avec un enfant pour une journée au Sheraton équivaut à près d’une année de salaire d’un smicard. « Le Sheraton est devenu le seul endroit où l’on est sûr de rester entre riches », affirme Issam en bombant son torse bronzé.

  2. #2
    Admin Forum Avatar de Toufik
    Date d'inscription
    janvier 2005
    Localisation
    Shenzhen, China
    Âge
    33
    Messages
    1 700

    Par défaut

    Inexistante, la jet-set algérienne ? Voire… Certes, le pays, marqué par une décennie de guerre civile sanglante et boudé par les touristes occidentaux, ne regorge pas de hauts lieux pour « faire la fête ». Mais ce ne sont pas les riches qui manquent. Rejetons de familles aisées, enfants de la nomenklatura, jeunes entrepreneurs, importateurs ayant profité de l’ouverture économique amorcée au début des années 1990…

    L’Algérie compterait aujourd’hui quelque 46 000 milliardaires en dinars (1 milliard de dinars équivaut à 10,5 millions d’euros), selon des statistiques fournies l’année dernière par le quotidien arabophone Echourouk. Une nouvelle génération de riches a vu le jour au cours des vingt dernières années. Et elle entend bien en profiter.

    Hélas, à Alger, les boîtes de nuit ne sont pas légion. On les trouve dans les grands hôtels de la capitale tels qu’El Djazaïr (ex-Saint-George), le Hilton, le Sofitel ou le Sheraton. Dans ces lieux pris d’assaut le week-end, la bouteille de vodka ou de whisky coûte au moins 12 000 dinars (130 euros), tandis qu’une bouteille de champagne vaut 18 000 dinars : un petit luxe qui n’est pas à la portée de toutes les bourses, mais qui peine à satisfaire les plus aisés. « Les vrais riches vont ailleurs, explique Zoheir, un habitué de ces endroits. Ils préfèrent les villes étrangères où ils ont la certitude de pouvoir s’amuser dans un total anonymat. » Les noceurs fortunés s’envolent donc vers Marrakech, Casablanca, Monaco, Ibiza, Beyrouth, Shanghai, Barcelone ou Dubaï.



    Étalage de richesses

    Toutefois, la manne pétrolière qui s’est déversée sur l’Algérie au cours des dix dernières années – le pays a engrangé plus de 400 milliards d’euros de recettes en hydrocarbures – a largement contribué à l’émergence d’une nouvelle faune de nantis qui n’a pas honte de faire étalage de ses richesses. Villas avec piscine, voitures rutilantes, yachts, jet-skis… L’argent permet tout.

    Le marché des voitures de luxe (4x4, grosses berlines, Hummer) a explosé, et les concessionnaires automobiles commercialisent sans peine des voitures à 9 millions de dinars. Celui des piscines, spas et autres jacuzzis n’est pas en reste. On recense plus d’une vingtaine d’entreprises spécialisées dans ce secteur, totalement inexistant il y a vingt ans. Desjoyaux, installé en Algérie depuis 1999, construit en moyenne 300 bassins par an, pour un prix qui oscille entre 3 millions et 5 millions de dinars.

    Jeune Afrique

  3. #3
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    salam Toufik

    vous allez tous me trouver envieuse (et ce n'est le cas) mais ce genre de sujet me fait mal au coeur, car là on prend conscience qu'il y a déséquilibre chez nous
    et pus c'est quoi ce "se retrouver entre riches" pffffffff, on les dérange à ce point? on est censé les plaindre par ce qu'ils sont "obligés" de dépenser ailleurs que chez nous, yetsmea en plus de leurs richesses gagnées va savoir comment, ils ne font mm pas profiter le bled de cela, ils engraissent d'autres
    PFFFFFFFF
    Ramdhane me retient de bon matin!
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

Discussions similaires

  1. Coupable d’être automobiliste en Algérie
    Par kredence dans le forum Actualité Algérie
    Réponses: 2
    Dernier message: 07/03/2010, 12h15
  2. Réponses: 7
    Dernier message: 11/02/2010, 18h19
  3. Réponses: 32
    Dernier message: 02/02/2010, 01h00
  4. Réponses: 2
    Dernier message: 28/12/2009, 10h10
  5. Réponses: 6
    Dernier message: 08/04/2009, 08h28

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •