La langue anglaise suscite des remous luniversit Algrienne. Le ministre de lEnseignement Suprieur et de la Recherche Scientique sapprte faire introduire la langue de Shakespeare dans les branches scientifiques et technologiques.

En effet, Rachid Harraoubia, ministre de l'Enseignement suprieur et de la recherche scientifique, a reconnu jeudi lors dune sance plnire de l'Assemble populaire nationale (APN), que son dpartement travaille srieusement sur la possibilit d'introduire la langue anglaise au lieu du franais dans les universits, en particulier dans les branches scientifiques et technologiques.

La suprmatie de la langue anglaise l're actuelle dans les sciences exactes et techniques a incit les responsables du dpartement de Harraoubia repenser l'architecture de l'enseignement universitaire dans notre pays.

Ce processus est aujourd'hui une ncessite vitale pour l'universit Algrienne dont la crdibilit des diplmes et la qualit de l'enseignement sont de plus en plus remis en cause dans le monde.

Ceci dit, pour le ministre, "plusieurs pays tiennent encore diter leurs publications scientifiques dans leur propre langue puis les traduire". Rachid Harraoubia tient donc prciser que les langues trangres "n'envahiront pas toutes les spcialistes", comme le craignent certains dfenseurs de la langue Arabe.

Mais cette position n'a pas manqu de susciter les critiques des chercheurs qui demandent la gnralisation du Franais et de l'anglais dans toutes les spcialistes y compris les sciences humaines et sociales dont, aujourd'hui, toutes les "trouvailles" sont publies en Anglais et en Franais.

Pour de nombreux autres observateurs, cette revendication reste encore un vu pieux car le niveau mdiocre en langues trangres des tudiants tire, en ce moment, toute l'universit vers le bas.

Une introduction d'une autre langue trangre ne permettra donc pas d'atteindre les objectifs escompts. "Il faut leur apprendre ces langues au Lyce avant de nous les envoyer la fac compltement ignorants", dnoncent quelques responsables de dpartements scientifiques pour lesquels nos tudiants ne sont encore que des "zrolingues" ! Preuve en est, 85 % des tudiants inscrits en Tronc commun Technologie abandonnent leurs cursus pour des problmes de langues, soulignent de rcentes statistiques.

Dcidment, l'universit Algrienne n'est pas encore sortie de l'auberge.

Par Abderrahmane Semmar , El watan