Affichage des résultats 1 à 8 sur 8

Discussion: Baudelaire87/Mohamed

  1. #1
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut Baudelaire87/Mohamed

    Un jeune homme poète, aux écrits poétiques mordants, réalistes et jolis.
    Ses réflexions reflètent la situation peu enviable et pessimiste d'une jeunesse sacrifiée.
    Ses sujets de discussion sont invariablement implacables de vérités, mais surtout ses poèmes irrésistibles de beauté et d'une authenticité hors de doute!
    Merci Mohamed pour tout!
    Dernière modification par Jalal ; 21/09/2010 à 18h47.
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  2. #2
    Membre F.A.M. Avatar de topaze
    Date d'inscription
    mai 2010
    Messages
    666

    Par défaut

    Citation Envoyé par Jalal Voir le message
    Un jeune homme poète, aux écrits poétiques mordants, réalistes et jolis.
    Ses réflexions reflètent la situation peu enviable et ou pessimiste d'une jeunesse sacrifiée.
    Ses sujets de discussion sont invariablement implacables de vérités, mais surtout ses poèmes irrésistibles de beauté et d'une authenticité hors de doute!
    Merci Mohamed pour tout!
    slt jalal c vas_tu ****


    t'as raison baudelaire est un vrai poète ;;un j il trouvera le chemin de la gloire.
    Dernière modification par topaze ; 21/09/2010 à 17h28.

  3. #3
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut

    Citation Envoyé par topaze Voir le message
    slt jalal c vas_tu ****


    t'as raison baudelaire est un vrai poète ;;un j il trouvera le chemin de la gloire.
    Toi : la candide, l'innocente, la personne la plus humble du forum, tu as ressenti la poésie de Mohamed, ton flair ne t'a pas trompé!
    Peut être aussi Miange, Gré, Radia et d'autres partageront tes sentiments envers la poésie de Mohamed?
    Dernière modification par Jalal ; 21/09/2010 à 18h45.
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

  4. #4
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut

    Moi, j'avais déja déclaré ma flamme de fan au poete Baudelaire87

    j'espère juste que le jeune homme Mohammed soit un peu plus confiant à la vie, moins dépressif... La vie est un eternel combat d'abord contre soi même...
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  5. #5
    Membre F.A.M. Avatar de au_gré_du_vent
    Date d'inscription
    janvier 2010
    Messages
    13 485

    Par défaut Le poete par Ait menguelett

    Khouya Moh,

    Je t'offre ce poeme de mon poete préféré Ait Menguelett, c'est une traduction du texte de sa chanson Amedhyaz (le poete)

    Le Poète
    Amedyaz

    Le poète s’est mis à écrire
    un beau poème
    où il disait :
    l’honnêteté déserte les gens.
    Il n’y en a plus un
    pour racheter l’autre.
    Mais si vous posez la question,
    chacun se prétendra si parfait
    qu’il vous en rendra heureux.
    Quand à moi je cherche,
    sans trouver où il se cache,
    l’homme honnête.

    Ceux qui ont écouté le poème
    se sont indignés, et ont exigé
    du poète qu’il se refasse.
    Le poète se remit à écrire,
    refaisant le poème
    où il dit :
    nous ne savons où aller.
    Les portes sont en fer ;
    dés que nous en ouvrons une, deux se referment.
    nous sommes nés à la mauvaise époque.
    Le méritons nous ?
    Aucune aberration ne nous épargnés.
    Même les mots perdent leur sens.
    Nous sommes brisés par le trouble.
    Nous souffrons. Femmes, venez à notre secours !

    Ceux qui ont écouté le poème
    se sont indignés,
    et ont exigé du poète qu’il le refasse.
    Le poète se remit à écrire,
    refaisant le poème
    où il dit :
    on ne sait si on est en guerre,
    si on est en paix,
    qui frappe et qui est frappé.
    Lorsqu’il n’y a plus d’entente,
    nul ne reconnaît l’autre.
    C’est la force qui intervient ;
    les fusils de tous côtés
    et nous au beau milieu
    avec nos mains vides.

    Ceux qui ont écouté le poème
    se sont indignés,
    et ont exigé du poète qu’il le refasse.
    Le poète se remit à écrire,
    refaisant le poème
    où il dit :
    Nous désignons ceux qui nous gouvernement,
    mais si notre jugement était juste
    nous dirions : « nous méritons nos gouvernants »
    C’est nous qui laissons le champ libre
    à toutes leurs fantaisies,
    méritant ainsi les coups qui en résultent.
    Bien fait, nous avons le tort
    d’avoir donné à celui qui nous frappe
    un bon bâton.

    Ceux qui ont écouté le poème
    se sont indignés,
    et ont exigé du poète qu’il le refasse.
    Le poète se fâchant,
    jeta au loin
    tous ses poèmes.
    Pour avoir la paix
    il se mit à faire
    de nouveaux poèmes, où il dit :
    Les jours sont heureux,
    les gens sont bons,
    vous seriez comblés pour moins que ça.
    Les fleurs sont écloses
    tous le monde fait la fête,
    chauffe le tambour Alilouche !

    Les gens sont honnêtes
    nous l’avons toujours dit.
    Le mauvais sujet
    n'a pas sa place en ce monde.
    Tout est pour le mieux,
    chauffe le tambour Alilouche !

    Toujours debout, équilibrés
    nous vainquons toute aberration.
    Qu’une porte de fer se referme
    nous en ouvrons deux.
    Nous méritons tout bien
    entrez dans la danse, femmes !

    Chez nous, nul n’agresse l’autre,
    nous sommes tous frères.
    Préparez la fête
    nous nous réjouissons de la paix,
    chargez nous les fusils

    Vous qui nous gouvernez,
    venez vous réjouir avec nous
    il se sont si fatigués
    à travailler pour nous.
    Aujourd’hui, heureux,
    ils s’éclateront parmi nous !


    Traduction par Lounis et Rabah Mezouane

    et pour ceux qui ont la chance de comprendre le texte dans sa version originale
    Yekker umedyaz yettaru,
    yebbwi-dd asefru,
    iseggmit-i-dd yennay-as :
    yekkfa laman di lγaci,
    yiwen ur dd-yeggwri,
    xarsum ad yeftu wayed’,
    win testeqsad’ ak yinni :
    «lukkan am nekki,
    ger(i gan ?) laεbad at ferh’ed’…»
    mazal nettnadi ur nufi,
    ya lεebd as’eh’i,
    mleγ-dd anida tefred’…

    kkren-dd akkw wid is yeslan
    qesd’ent s-wurfan
    nann-as : «beddel asefru !»


    yekker umedyaz, yettaru,
    i εawed asefru,
    iseggmit-i-dd yennay-as :
    neh’s’el sani an uγal,
    tibbura d-uzal,
    tin tellid’,
    ad medlent snat,
    nellul-dd degg yir lh’al,
    wisen ma nuklal ?
    si yal lεedjb nwalat,
    yeγli si lmizan wawal,
    yerz’ayeγ cwal,
    nent’ed’, a buh a lxalat !

    kkren-dd akkw wid is yeslan
    qesd’ent s-wurfan
    nann-as : «beddel asefru !»


    yekker umedyaz, yettaru,
    i εawed asefru,
    iseggmit-i-dd yennay-as :
    ur tban ma d-lfetna,
    ur tban lehna,
    wi ttuwten
    wi (gg)yekkaten ?
    ma yilli tγab lefhama,
    wa wer yaεqil wa,
    d-ddraε ar a dd-yesuwqen,
    d-lemggwah’el sya u sya,
    nukkwni di ttnas’f’a,
    sifasen-nneγ d-ilmawen...

    kkren-dd akkw wid is yeslan
    qesd’ent s-wurfan
    nann-as : «beddel asefru !»


    yekker umedyaz, yettaru,
    i εawed asefru,
    iseggmit-i-dd yennay-as :
    nekkat degg wid γi h’ekkmen,
    ma s-tidett nwezzen,
    nuklal imd’ebbren nesεa,
    d-nukkwni id asen iεemden,
    akken ad sruwten,
    nesasay-dd tiyita,
    cah ! d-nukkwni i(gg) yed’elmen,
    win id aγ yuwten,
    yelha uεekkwaz is nefkka...»

    kkren-dd akkw wid is yeslan
    qesd’ent s-wurfan
    nann-as : «beddel asefru !


    yekker umedyaz,
    mi(gg) yerfa,
    sekra i dd-yesefra,
    id’eggrit marra, i εawd-as,
    i wakken as ğğen lehna,
    sekra i dd-yesefra,
    ibeddlit-i-dd yennay-as :
    seggem-nneγ wusan, lγaci akkw lhan,
    wa aγ yesbzegn, a kkwen iruc,
    iğğeğğigen fsan, lγaci akkw zhan,
    seh’mudd t’ebl a εliluc !

    laman di lγaci yella, si zik neqarit,
    lεebd ur nelhi, ur yesεi amkkan di ddunit,
    yeseggem kkulci, seh’mu-dd t’ebl, snet’qit !

    seggem-nneγ wusan, lγaci akkw lhan,
    wa aγ yesbzegn, a kkwen iruc,
    iğğeğğigen fsan, lγaci akkw zhan,
    seh’mudd t’ebl a εliluc !

    nbedd-d ur nemal, neγleb laεğğeb ma nwalat,
    tibbura bb-uzal, tin yemdeln, a dd-nelli snat,
    d-rebh’ i nuklal, laεbemt-tt-i-dd a lxalat !

    seggem-nneγ wusan, lγaci akkw lhan,
    wa aγ yesbzegn, a kkwen iruc,
    iğğeğğigen fsan, lγaci akkw zhan,
    seh’mudd t’ebl a εliluc !

    wa wer yekkat wa, di tmurt-nn'eγ d-atmaten,
    seggemt areh’ba, nukkwni a nezhu ger-awen,
    lbarud’, lehna, εemerteγ-dd ibeckkid’en !

    seggem-nneγ wusan, lγaci akkw lhan,
    wa aγ yesbzegn, a kkwen iruc,
    iğğeğğigen fsan, lγaci akkw zhan,
    seh’mudd t’ebl a εliluc !

    a wid γi h’ekkmen, iyaw at zhum yid-nneγ,
    bbezef i εettben, i la xeddmen fell-anneγ,
    asaggi ad ferh’en, a tt-i-dd-laεben ger-anneγ !

    seggem-nneγ wusan, lγaci akkw lhan,
    wa aγ yesbzegn, a kkwen iruc,
    iğğeğğigen fsan, lγaci akkw zhan,
    seh’mudd t’ebl a εliluc…
    Dernière modification par au_gré_du_vent ; 22/09/2010 à 12h41.
    Le hasard, c'est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer

    Théophile Gautier

  6. #6
    Membre F.A.M. Avatar de baudelaire87
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    317

    Par défaut

    Merci pour le poème Gré.
    Ce n'est que par manque d'esprit qu'on ne va pas jusqu'au bout dans la souffrance.....

  7. #7
    Banned
    Date d'inscription
    juillet 2010
    Messages
    908

    Par défaut

    Salut ,

    Excusez moi ! C'est qui Baudelaire ! Je n'ai pas une bonne mèmoire en ce moment.

  8. #8
    Membre F.A.M.
    Date d'inscription
    décembre 2009
    Messages
    2 696

    Par défaut

    Merci Gré pour les poèmes de chansons d'Ait Menguellet; Ils sont éclatants de vérités.
    Si le peuple décide un jour de vivre, il faut que le sort s'y plie, il faut que la nuit se dissipe, il faut que la chaîne se brise
    Abou El Qassem Echabbi
    Mon ami, mon frère, si toi tu ne brûles pas, si moi je ne brûle pas, qui éclairera la route ? Nazim Hikmet

Discussions similaires

  1. Il y a 18 ans disparaissait Mohamed Boudiaf
    Par Jalal dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 14
    Dernier message: 06/07/2010, 21h47
  2. Mohamed Fqih Basri
    Par Jalal dans le forum Littérature, Histoire et Poésie
    Réponses: 0
    Dernier message: 21/05/2010, 01h16
  3. slt c'est Mohamed
    Par baudelaire87 dans le forum Communauté Algérie Monde
    Réponses: 4
    Dernier message: 02/01/2010, 15h09
  4. Duaa Mohamed Al-Mohaisany
    Par khadija dans le forum Islam : Questions et Réponses
    Réponses: 0
    Dernier message: 30/12/2009, 00h30
  5. Le roi Mohamed VI du Maroc a accusé l’Algérie
    Par kredence dans le forum Actualité Internationale
    Réponses: 2
    Dernier message: 09/11/2008, 22h13

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •