Les Américains durcissent les formalités d’accès pour les étrangers

Les binationaux indésirables
aux Etats-Unis ?

De nouvelles mesures ont été prises par les autorités américaines pour l’accès des étrangers. Ce que l’on doit retenir, entre autres, c’est que
ces mesures touchent même les pays dispensés de visa dont les Etats
de l’Union européenne (UE).

Les citoyens de ces pays sont tenus d’obtenir une «préautorisation» d’entrée aux Etats-Unis, au plus tard 72 heures avant le départ.

Ils doivent, pour ce faire, formuler des demandes, via le courrier électronique, et attendre une réponse, «rapide», promettent les initiateurs de cette mesure.

Ce serait d’ailleurs le comité du 11 septembre, en référence aux attentats du 11 septembre 2001, qui serait l’auteur de cette mesure.

Les demandes seront passées au crible par le département de la sécurité intérieure (Départment of Homeland Security, DHS). 27 pays en tout, dont ceux de l’Union européenne, sont concernés par cette mesure.

«A compter du 12 janvier 2009, chaque voyageur doit obtenir une préautorisation d’entrée aux Etats-Unis, au plus tard 72 h avant son départ, en remplissant un dossier sur le site officiel», apprend-on auprès du secrétariat général de l’Office américain du tourisme.

A travers cette procédure, toute personne de l’un de ces pays désireuse de se rendre aux Etats-Unis est tenue de remplir un formulaire et de l’envoyer à une adresse électronique.

Une partie des questions contenues dans le formulaire /-94, devant être remplacé par cette nouvelle mesure dès son entrée en vigueur, est reconduite dans cette même mesure.

Il s’agit de la nationalité du demandeur.

Les binationaux pourraient être tenus de révéler leurs deux nationalités. C’est là que certains dépassements risqueraient de se produire, craignent les observateurs.

«Ces nouvelles dispositions feraient en sorte que la demande introduite par un Français d’origine maghrébine ne serait pas reçue avec autant d’enthousiasme que celle d’un Français de souche par exemple», selon ces observateurs qui pensent que «ce serait là une sorte d’arrière-pensée qui pourrait bafouer les droits des binationaux et des Français d’origine étrangère».

Ce que les Etats-Unis craindraient, par ailleurs, c’est que «des terroristes d’El-Qaïda utilisent de faux documents, ceux relatifs à la nationalité entre autres, pour entrer […] dans leur pays, d’autant, indiquent nos sources, qu’environ 14 millions de documents de voyage et d’identité, dont des passeports, ont été soit perdus, soit volés, dans le monde».

M. A.

http://www.jeune-independant.net/pag...exDerniere.htm